Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Documents > Articles >
:: Tu prends plaisir à quoi ??? ::

Tu prends plaisir à quoi ???
( You Enjoy What ??? )
Le but de cet essai est d'aider les personnes qui désirent pratiquer la fessée entre adultes consentants à se sentir plus à l'aise avec leur centre d'intérêt. Toute référence à la discipline, aux châtiments corporels, aux corrections, aux punitions ou à toute autre activité liée à la fessée n'est entendue que dans le cadre d'une pratique entre adultes consentants. L'auteur de cet article abhorre l'usage de toute contrainte physique qui ne soit pas consensuelle et croit que la fessée devrait se pratiquer uniquement entre adultes qui recherchent de tels soins.

Vous souvenez-vous d'avoir vu des fessées à la télévision, dans des programmes comme I Love Lucy, Gunsmoke ou même The Flinstones ? (1) Avez vous cherché le mot en « f » dans le dictionnaire ? Avez-vous montré une attention particulière lorsque vos amis évoquaient leurs fessées, rejouant sans-cesse la scène dans votre tête ? Cette attirance s'est-elle confirmée à l'âge adulte ? Lisez-vous à présent des romans à l'eau-de-rose dans l'espoir d'y trouver une scène de correction ? Regardez-vous les personnes du sexe opposé en fantasmant à l'idée de les fesser, ou d'être fessée par eux ?

Si après avoir répondu à ces questions vous ressemblez à l'un de ces chiens qui hochent la tête à répétition sur les banquettes-arrière des voitures, vous n'êtes pas seul. De part et d'autre du pays il y a des gens sains d'esprit, sensibles, normaux, qui apprécient la fessée entre adultes consentants.

Certains aiment la fessée au sein d'une relation sexuelle de type D/s (Domination/soumission), où la fessée est même parfois utilisée comme une récompense, et où cette activité est directement liée au comportement sexuel ; l'échange de pouvoir est alors l'objectif et dans cette perspective la fessée peut être utilisée comme un moyen de montrer la soumission de l'un des partenaires.

D'autres apprécient les fessées légères, peut-être seulement cinq ou six claques sur le postérieur de leur partenaire, durant les relations sexuelles. De nombreux couples qui incluent ce type de fessées dans leurs rapports aiment cette sensation, tout comme d'autres couples qui incluent des morsures légères, des griffures ou des pincements à leurs relations sexuelles. Il n'y a pas d'échange de pouvoir ou d'autre « jeu d'esprit » avec ce type de fessées. C'est l'activité physique seule qui leur plaît.

D'autres encore ont besoin que la fessée joue un rôle plus traditionnel, celui de punition pour des fautes réelles ou imaginaires. Seul ce dernier usage de la fessée est analysé dans cet article.

Des professeurs, des cadres, des prêtres, des chefs-d'entreprise, des femmes au foyer, des comptables ... la liste pourrait s'étendre indéfiniment. Des gens de tous les horizons aiment la fessée entre adultes consentants. Ce pourrait être votre collègue de travail, la personne qui répond au téléphone quand vous appelez les renseignements, la personne derrière le comptoir à la blanchisserie ou dans tout autre établissement, ou même votre épouse. La seule chose qui relie la plupart d'entre-nous c'est que nous gardons le plus grand secret sur ce centre d'intérêt. A l'adolescence nous avons appris que ce fantasme nous rendait différents des autres, et nous l'avons donc tenu secret. Un grand nombre de personnes ont fini par en parler à leur épouse, et découvert qu'elle partageait ce fantasme ou était du moins intriguée par cette idée. D'autres, cependant, ont partagé ce secret avec leur épouse et ont appris qu'elle n'était pas intéressée.

Personne ne sait combien de personnes partagent ce fantasme. Il y a eu peu d'études réalisées sur la fessée en dehors d'une relation de domination/soumission. Nombre d'entre nous partagent pourtant ce fantasme sans être pour autant intéressés par la D/s : ils aiment juste la fessée – la fessée disciplinaire traditionnelle.

Des études qui ont été conduites indiquent qu'entre 3 à 10 % des américains disent d'intéresser à une quelconque activité de type D/s – fessée inclus. (2) Ces études montrent également que les hommes sont plus nombreux à admettre avoir ce centre d'intérêt que les femmes, et qu'il y a plus d'hommes voulant donner la fessée que de femmes. Certaines études – et le bon sens – suggèrent qu'il y a plus de personnes intéressées par des « jeux » légers comme la fessée que par d'autres aspects de la D/s.

De manière toute aussi révélatrice, il y a dans les médias traditionnels des indices suggèrant que l'intérêt pour la fessée est plus important que l'on pourrait le penser. De nombreux romans à l'eau-de-rose, en particulier ceux écrits durant les années 70, comprennent des scènes de fessée. Des films des années 40 et 50 incluent souvent des scène de ce type. Des séries télévisées des années 50, 60 et même 70 incluaient parfois des fessées disciplinaires reçues par de jeunes femmes « adultes ». De plus, de nombreux magazines grand-public, comme Cosmopolitan, comprennent des publicités pour des éditeurs de récits de fessée.

Certains faits transparaissent clairement lorsque l'on parle avec diverses personnes partageant ce centre d'intérêt. Les amateurs de fessée, hommes et femmes, reflètent notre société. La majorité des femmes qui avouent leur intérêt pour la fessée veulent la recevoir plutôt que la donner, alors que la majorité des hommes préfèrent la donner ou « échanger » (chacun la donnant et la recevant) que se contenter de la recevoir. La plupart des hommes veulent une femme pour partenaire, et les femmes veulent généralement un homme pour partenaire. Il y a de nombreux hommes et de femmes qui veulent un partenaire du même sexe – même parmi les hétérosexuels.

Il n'y a pas de réponse simple à cette question directe. C'est une question que la plupart de ceux qui fantasment sur la fessée se posent de manière répété – au moins à partir du moment où ils en savent davantage sur leur fantasme et se sentent plus à l'aise avec. Certains points ressortent très clairement des discussions avec les nombreuses personnes qui ont ce centre d'intérêt.

La plupart des adultes ayant ce fantasme se souviennent l'avoir eu avant l'adolescence. Souvent ils se souviennent avoir trouvé les quelques fessées vues sur grand-écran ou à la télévision très excitantes, même s'ils étaient très jeunes. La plupart de ceux qui s'intéressent à la fessée – particulièrement les femmes – n'étaient pas fessées étant enfant ou adolescentes, ou tout du moins ne recevaient pas de fessées « traditionnelles » (fessées sur-les-genoux ou tout autre type de fessées « ritualisées » pouvant inclure un instrument, une/des positions spécifiques, la mise-à-nu du fessier, etc.). Certains se souviennent d'avoir reçu une claque sur les fesses de temps en temps, mais la plupart n'ont pas reçu de fessées ressemblant même de loin à celles qu'ils veulent donner – ou recevoir – à présent.

Les personnes qui étaient fessés étant enfants n'en ont habituellement tiré aucune satisfaction, même s'ils fantasmaient déjà sur la fessée à cette époque. Même celles et ceux qui veulent un « papa » ou une « maman » (ce qui n'est pas le cas de la plupart d'entre-nous) ne veulent pas du tout inclure leurs parents dans leur fantasme !

Il semble y avoir un rapport entre la présence d'un sentiment de culpabilité dans l'enfance et l'intérêt pour la fessée chez de nombreuses personnes. Encore une fois, ce n'est pas universellement vrai. Cependant il semble qu'un grand nombre de ceux qui ont ce fantasme ont été élevés dans des foyers où le sentiment de culpabilité était utilisé comme un moyen éducatif par les parents et les professeurs.

Une partie de l'intérêt pour la fessée réside peut-être dans la nature « absolue » de l'activité. A la première faute, le ou la « coupable » est appelé à expliquer son comportement et, quand c'est nécessaire, reçoit une fessée. Bien sûr, il peut y avoir une réprimande et peut-être un petit séjour au coin avant l'évènement. D'autres rituels peuvent également faire partie de du processus. Mais a posteriori (sans jeu de mot), la punition est acceptée et l'incident est oublié. Il n'y a plus de culpabilité, plus de raison de culpabiliser, puisque le coupable a payé le prix – à la manière traditionnelle, avec une fessée.

La fessée connaît peut-être un rebond. Durant les années 30, 40 et 50, on pouvait trouver beaucoup d'exemples d'hommes autoritaires chauffant le fessier d'une femme dans les films pour le grand-public. John Wayne, Elvis Presley et Clark Gable ont tous fait leur part du travail. Mais au cours des années 60 il devint socialement inacceptable d'inclure un tel type d'activités pour hommes dominants dans les films. Le mouvement pour rendre (enfin) les choses plus égales entre l'homme et la femme ont rendu inappropriée la possibilité qu'un homme donne la fessée à une fesse d'une manière aussi publique. Les femmes donnant la fessée à des hommes étaient elles aussi tabou dans nos sociétés.

Le mot « fessée » est de nouveau employé à Hollywood, ce qui indique l'intérêt que lui portent beaucoup d'américains. Madonna a indiqué à de nombreuses reprises qu'elle aimait recevoir la fessée, même si elle a dit à au moins une occasion que c'était juste une plaisanterie. Il y a même eu un peu plus de films incluant une scène de fessée récemment. Même Meg Ryan demande dans un film récent si elle va recevoir une fessée.

Il y a peu de questions relatives à la fessée auxquelles on puisse répondre de manière absolue, mais celle-ci en fait partie. NON. Il y a de nombreux hommes et femmes qui sont soumis et qui aiment la fessée, souvent au sein d'une relation de D/s. Cependant la plupart des femmes qui aiment recevoir la fessée ne sont pas soumises par nature, même si, dans les faits, l'acte de recevoir la fessée requiert une certaines dose de soumission. La plupart de celles ayant ce fantasme que l'auteur de cet article a rencontré sont des « sales gamines » (3). Certaines personnes veulent être traitées d'égal à égal, mais souhaitent que quelqu'un leur impose des limites et s'assure qu'elles les respecte. Elles lui donnent en toute connaissance de cause un certain niveau de contrôle pour permettre la fessée. Elles ne sont, cependant, soumises en aucune façon.

Non. Bien sûr, une bonne fessée procure un certain niveau de douleur – qui dépend de l'instrument utilisé, de l'intensité, et de la durée de la correction. Cependant, la plupart des personnes qui cherchent à recevoir une fessée ne désirent pas la douleur, de même que la plupart de ceux qui veulent donner la fessée ne désirent pas infliger la douleur.

Nombre de ceux qui aiment la fessée veulent juste une fessée sur les genoux, à la main. Cela donne une proximité spéciale, une intimité qui manque aux instruments. La plupart d'entre nous sont davantage intéressés par le rituel, l'anticipation, le contrôle de la fessée que par l'application même de la main ou de l'instrument sur le fessier. Pour d'autres, cependant, cela peut être important. Il est sûr que le changement de couleur d'un derrière bien fessé au paddle et la douleur causée par la main, le paddle, la strap ou tout au instrument choisi sont également des aspects importants de l'événement.

De toute évidence, si vous lisez cet essai c'est que vous êtes déja en train d'explorer votre fantasme. Vous avez découvert que vous n'êtes pas seul ! C'est plutôt réconfortant, non ?

L'auteur de cet article s'est lui aussi senti seul pendant des années et a gardé ce fantasme secret en raison de la nature personnelle d'une telle attirance. Aujourd'hui il y a de nombreuses possibilités offertes à ceux qui ont ce centre d'intérêt. L'ordinateur ouvre de nombreuses portes à ceux d'entre nous qui fantasment sur la fessée entre adultes consentants.

L'ordinateur est une merveilleuse façon d'en apprendre davantage. Elle est bien loin l'époque où l'on devait aller dans des « magasins de livres pour adultes » pour acheter des ouvrages sur la fessée publiés par pur opportunisme. Des récits et des discussions sont désormais disponibles sur internet et accessibles sans autres coûts que celui de votre abonnement mensuel.

Il y a aussi différentes sociétés qui proposent diverses publications, histoires, films, et organisent même des rencontres pour ceux qui partagent ce fantasme.

Vous avez lu cet article, vous réfléchissez à votre fantasme depuis longtemps, vous avez trouvé quelques personnes intéressées par la fessée et maintenant vous avez envie d'essayer ! Vous avez probablement éprouvé toutes sortes d'émotions, en vous demandant même si vous aimeriez faire cela « en vrai ». Vous savez au fond de vous-même que c'est le cas, mais il peut malgré tout vous arriver d'en douter (l'auteur de cet article n'a jamais rencontré quelqu'un fantasmant sur la fessée puis n'ait pas aimé passer à l'acte !).

La chose la plus importante lorsque l'on pratique la fessée dans la vraie vie est de jouer en toute sécurité. Quel que soit le niveau d'intensité que vous souhaitiez – ou que vous ne souhaitiez pas – vous pouvez pratiquer en toute sécurité si vous êtes intelligent. On a essentiellement besoin de bon-sens pour s'assurer une expérience agréable et sûre.

Nombreux sont ceux qui peuvent présenter cette idée à leur partenaire. Si c'est possible, la personne qui reçoit la fessée court automatiquement moins de risques. Elle n'a pas à s'inquiéter de la personne qu'elle va rencontrer - seulement de la manière de jouer. Même dans ce cas il est préférable de commencer doucement et de permettre à votre partenaire d'en apprendre davantage sur votre fantasme. L'une des choses les plus importantes pour être un bon fesseur c'est d'être en confiance. Certains d'entre-nous ont eu des années pour y penser, pour imaginer le type de fessées qu'ils veulent donner. Nous savons ce que cela implique pour la jeune femme parce que nous avons lu tant de choses et parlé avec tant de gens. Cependant, pour un « converti » à la fessée, ces choses qui nous semblent naturelles doivent être apprises. Laissez votre partenaire se renseigner pendant un certain temps. Ne vous attendez pas à une fessée parfaite – ou même presque parfaite – la première ou la deuxième (ou même la troisième) fois sur les genoux.

Il est encore plus important d'y aller progressivement pour ceux qui rencontrent une personne partageant ce fantasme. Apprenez à connaître votre compagnon de jeu potentiel longtemps avant de le ou la rencontrer. On peut en apprendre beaucoup sur le comportement de quelqu'un à travers l'ordinateur et au téléphone. Parlez de vos fantasmes et posez des questions sur les siens. Posez des limites – des limites claires et définies. Essayez de bâtir une relation de confiance, de manière à vous assurer que votre partenaire respectera ces limites. Les « mots de sécurité » (un mot qui peut être utilisé pour ralentir ou mettre fin à la fessée) sont importants, tout spécialement pour ceux qui ne se connaissent pas encore très bien. Bien sûr, avec quelqu'un avec lequel vous « jouez » souvent, vous pouvez lire les signes que vous adresse son corps. Cependant c'est demander beaucoup à un inconnu que de s'attendre à ce qu'il comprenne le langage de votre corps, vos désirs, sans les lui indiquer d'une manière plus directe.

Très important : quand vous rencontrez quelqu'un, faites le dans un lieu public. Assurez-vous que chacun des deux participants à la possibilité de partir après une discussion sans avoir à fournir d'excuse. Une grosse dose de confiance est nécessaire pour réussir une fessée. Il est parfois possible d'acquérir cette confiance dés la première rencontre. Parfois un peu plus de temps – ou beaucoup plus de temps – est nécessaire. Suivez votre coeur. Ne vous embarquez pas dans quelque chose quand vous avez des doutes. Bien sûr, vous aurez des appréhensions, vous vous interrogerez sur ce qui va vous arriver. Cependant vous ne devriez pas avoir peur de rencontrer quelqu'un. Si c'est le cas, peut-être que ce n'est pas le bon partenaire pour vous, ou peut-être n'êtes vous tout simplement pas encore prêt(e). Suivez votre raison.

Pour finir, vous devriez faire en sorte de partir en en voulant davantage. Ne vous attendez pas à ce que tous vos fantasmes soient exaucés la première fois que vous rencontrerez quelqu'un. Certains fantasmes, comme le bondage, ne devraient pas être expérimentés avec quelqu'un que vous rencontrez pour la première fois. Si c'est la première fois que vous recevez la fessée, une bonne petite fessée à la main est probablement un bon début. Un avant-goût de la brosse ou du paddle peut être une bonne manière de conclure la rencontre. Pour de nombreuses femmes cependant, la fessée à la main est un point de départ – et d'arrivée. Elle procure l'intimité que tant de femmes recherchent et offre un seuil de douleur suffisant pour qu'elles retiennent la leçon.


Traduction :
Monsieur No


Notes du traducteur :

(1) Question peu pertinente pour des lecteurs français ... I love Lucy et Gunsmoke sont deux séries télévisées trés connues aux USA, qui ont connues leur heure de gloire dans les années 50-60, et qui incluaient assez régulièrement des scènes de fessée. The Flinstones est un dessin-animé, connu en France sous le titre Les Pierrafeu, et dont au moins un épisode comprend une scène de fessée.

(2) A ma connaissance aucune étude de ce type n'a été conduite en France au cours des dernières années. Il serait pourtant intéressant de disposer de chiffres précis sur ces questions.

(3) J'emploie ici l'expression « sales gamines » pour traduire (de manière imparfaite) le terme anglais « brats », qui désigne une sorte de femme-enfant plutôt coquine, capricieuse, voire insupportable ... en un mot : qui mérite une bonne fessée !