Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: L'étourdie. ::

L'étourdie.
Les récits des internautes.

Julie devait se rendre dans le bureau de Mr Leblanc à qui elle devait remettre les derniers dossiers qu’ils avaient élaborés ensemble au cours d’une réunion la veille au soir. La journée n’avait pas très bien commencé pour Julie : elle s’était réveillée avec ½ heure de retard et l’heure à laquelle elle avait rendez-vous était dépassée depuis 45 minutes.

Dès son arrivée, elle récupéra les documents nécessaires à son travail et monta sans tarder au dernier étage où était le bureau de Mr Leblanc, directeur des ressources humaines de la société pour laquelle elle travaillait. Les bras chargés, elle s’apprêtait à frapper à la porte lorsque celle-ci s’ouvrit violemment. Surprise, elle laissa échapper ses dossiers qui s’éparpillèrent sur le sol.

« Non seulement vous êtes en retard, mais en plus vous êtes maladroite » s’écria Mr Leblanc.

Julie s’accroupit pour ramasser les feuilles éparses en s’excusant de son retard et de sa maladresse.

« Je suis désolée Monsieur, je sais que nous avions rendez vous beaucoup plus tôt mais j’ai eu un léger contre temps.
- Un léger contre temps ! Vraiment ! Et je peux savoir lequel ?
- J’ai oublié de mettre mon réveil à sonner.
- De mieux en mieux ! En plus d’être maladroite et en retard, vous êtes étourdie ! Et bien à cause de votre étourderie je n’ai pas eu le dossier sur la gestion du personnel à temps et l’ingénieur en informatique de la société qui devait venir mettre en place le logiciel n’avait pas les données pour le faire.
- Je vous présente encore une fois mes excuses Monsieur et je vous assure que ça ne se renouvellera plus.
- Venez dans mon bureau ! »

Julie se releva et suivit Mr Leblanc dans son bureau.

« Fermez la porte et posez ces dossier ici. »

Il lui désigna une petite table sur laquelle elle les déposa.

« Vous vous rendez compte que ce "contretemps" comme vous l’appelez m’a fait perdre un temps précieux ?
- Oui bien sur Monsieur que je m’en rends compte.
- Vous n’avez pas plus de cervelle qu’une enfant de cinq ans Julie ! »

Julie était très mal à l’aise devant les remontrances de Mr Leblanc même si elle savait qu’elles étaient justifiées. Elle avait, plusieurs fois, vu des employées sortir de son bureau les yeux rouges d’avoir pleuré.

« Vous savez ce que vous mériteriez Julie ? »

Les joues rouges, Julie ne répondit pas.

« Vous mériteriez une fessée ! »

Julie de surprise, resta sans voix.

« Vous ne pensez pas Julie ? Répondez !
- Une fes…sée…. Je ne crois pas Monsieur.
- Ah bon vous ne croyez pas ! Et vous mériteriez quoi alors d’après vous ?
- Je ne sais pas Monsieur.
- Approchez ! Je vais vous donner cette fessée Julie pour vous apprendre à être à l’heure et un peu plus respectueuse de votre directeur.
- Non Monsieur je vous en prie, je vous assure que c’est la dernière fois que je suis en retard.
- Sûrement Julie ! Après cette fessée vous ne serez plus jamais en retard sinon je recommencerai !
- Vous ne pouvez pas faire ça Monsieur ! Je ne suis plus une enfant…Je…je…vous n’avez pas le droit !
- Je n’ai pas le droit ? Et bien alors je vais vous dire ce que vous allez faire Julie. Vous allez descendre à l’étage d’en dessous et demander que l’on vous prépare votre solde…Nous allons devoir nous passer de vos services.
- Oh…vous ne pouvez pas faire ça !
- Je suis votre directeur…je vous assure que je peux le faire ! Alors, choisissez Julie ou vous recevez cette fessée que vous avez méritée ou vous prenez la porte ! »

Julie baissa la tête et dit qu’elle avait besoin de son emploi.

« Alors Julie, nous sommes d’accord pour cette fessée ? »

C’est d’une toute petite voix qu’elle répondit oui.

« Très bien Julie. »

En disant cela Mr Leblanc avança une chaise au milieu de la pièce et attrapa Julie par le poignet pour l’attirer sur ses genoux. Julie plongea en avant et se retrouva allongée en travers des genoux de Mr Leblanc, rouge de honte.

« Vous êtes consciente Julie que c’est pour votre bien que je vous donne cette fessée ? »

Les larmes perlant déjà à ses yeux, elle répondit oui. La main gauche de Mr Leblanc se posa sur le bas de son dos et la main droite sur ses fesses. Julie était dans l’attente, frissonnante… Les premières claques commencèrent à tomber sur sa jupe….Julie serrait les dents et se retenait pour ne pas fondre en larmes… Les claques cessèrent… Julie sentit la main de Mr Leblanc attraper l’ourlet de sa jupe. Il la lui remonta sur le dos et recommença la valse des claques…Elles étaient plus fortes et Julie laissa échapper quelques gémissements… Tout en continuant à la fesser Mr Leblanc lui annonça qu’il allait lui baisser sa culotte. Julie se mit à pleurer tout doucement…

« Non Mr ne faites pas ça…Je vous en prie…
- Julie une bonne fessée se donne fesses nues … » et il glissa les mains sous l’élastique de sa culotte pour la lui baisser jusqu’aux genoux.

La fessée se poursuivit sur ses fesses nues, des claques de plus en plus fortes et rapprochées… Julie pleurait maintenant à chaudes larmes … Mr Leblanc fessait méthodiquement, rougissant uniformément les fesses de Julie … puis il s’arrêta. Il lui intima l’ordre de se lever.

« Levez vous Julie ! »

Julie se releva et voulue remonter sa culotte.

« Non ! »

Arrêtée par le ton sec de Mr Leblanc elle resta les bras ballants et le regard baissé.

« Vous allez rester les fesses nues et la jupe relevée et vous allez téléphoner à l’ingénieur qui était là tout alors pour vous excuser de votre retard. Compris ? »

Julie pris le téléphone honteuse, composa le numéro de téléphone que Mr Leblanc lui dictait, s’excusa de son retard de ce matin et raccrocha.

« Très bien Julie, vous pouvez vous rhabiller…mais…n’oubliez pas ! Au moindre nouveau retard je recommencerai ! Filez maintenant ! »

Julie remonta sa culotte, rabaissa sa jupe et se dirigea vers la porte. Elle l’ouvrit et sortit les yeux rougis.


Marinella