Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: Fouette-Club. ::

Fouette-club.
Les récits des internautes.
(Une soirée ordinaire au Lou's tavern, ou ce qui aurait pu se produire si au lieu d'appeler Tyler Durden, il avait appelé Marla ...)

Marla : Tu sais mec, ça pourrait être pire ! Tiens, une femme aurait pu te couper la pine pendant ton sommeil et la balancer de la vitre d'une voiture.

Lui : Ouais, c'est vrai que ça peut arriver ... Non merci, j'fume pas. C'est juste que quand t'achète un canapé, tu te dis voila, ça c'est le dernier canapé dont j'aurais besoin. Quoi qu'il arrive par la suite j'ai enfin réglé le problème du canapé. J'avais tout ! J'avais une chaîne Hi-Fi de très bonne qualité, une garde robe qui devenait respectable ...

Marla : Eh merde, et maintenant tout est partie en fumée.

Lui : Ouais ... Tout est parti en fumée ...

Marla : Un duvet tu sais ce que c'est ?

Lui : Une couette rembourrée ?

Marla : C'est une couverture, rien de plus. Alors, à ton avis, pourquoi toi et moi on sait ce que c'est qu'un duvet ? Est-ce que c'est essentiel a notre survie, dans cette existence précaire qui est la notre? Non ! Alors toi et moi on est quoi ?

Lui : On est que des consommateurs ?

(Le dialogue se poursuit jusqu'à la scène de la sortie. Les fans le connaissent par coeur de toute façon ...)

Marla : Huit pichets de bière et tu demande toujours pas ! Quand tu m'as appelé tu savais pas où loger, alors demande, arrête les préliminaires et demande !

Lui : Est-ce que ce serait un problème ?

Marla : Quoi ? de demander ?

Lui : Je peux loger chez toi ?

Marla : Ouais !

Lui : Merci.

Marla : Je veux que tu me rendes un service.

Lui : Bien sur.

Marla : Je veux que tu me frappe aussi fort que tu peux.

Lui : Pardon ?

Marla : Je veux que tu me gifles aussi fort que tu peux !

(Je passe la scène du flash back ...)

Lui : Mais qu'est ce que tu veux, que je te gifle ? Mais pourquoi ?

Marla : J'en sais rien. Mes parents ne m'ont jamais battu, et toi?

Lui : Non mais ... C'est une bonne chose !

Marla : Bien sûr, mais on est des grands maintenant. Comment tu peux te connaître si t'as jamais eu mal ?

Lui : C'est dingue, tu veux que je te gifle...

Marla : Tout a fait.

Lui : Mais où ? En pleine figure ?

Marla : Haha ... Surprend moi !

Lui : C'est complètement stupide ...

(Prenant son courage à une main ... CLAAAAC !)

Marla : AAAHaaaaa, putain ! Quel enculé ! Tu m'as frappé l'intérieur de la cuisse ...

Lui : Bon dieu, chui vraiment désolé !

Marla : Ha bon dieu d'merde, pourquoi sur la cuisse ?

Lui : J'ai merdé, chui nul ...

Marla : Non c'était parfait ...

BAAAAFFF!

Lui : OUH ! ... Ca fait vraiment mal hein ?

Marla : Ouais, tu l'as dit !

Lui : Frappe-moi encore.

Marla : Non, toi !

Lui : Allez, approche !

(Ellipse)

On a continué comme ça à explorer tous les moyens sûrs de provoquer des douleurs intenses. On a vite laissé tomber certaines parties du corps et certains outils avec lesquels on pouvait se blesser. Toutes les nuits on faisait de nouvelles découvertes, et on découvrait aussi qu'on n'était pas seuls. C'était devenu évident pour tout le monde : Marla et moi, on a fait que se montrer au grand jour. Tout le monde l'avait sur le bout de la langue, on lui a seulement donné un nom.

(Entrée de plusieurs hommes et femmes aux faciès sinistres dans un sous sol obscur et malsain. En bruit de fond, on entend les sifflement dans l'air des ceintures, cravache et martinets qui claquent sur des murs tandis que leurs porteurs s'échauffent ...)

Toutes les semaines, Marla répétait le règlement que nous avions élaboré à deux.

Marla : « Mesdames et messieurs, bienvenue au Fouette-club.
- La première règle du Fouette-club est : il est interdit de parler du Fouette-club.
- La deuxième règle du Fouette-club est : il est interdit de parler du Fouette-club.
- Troisième règle : quelqu'un dit stop, quelqu'un s'écroule ou n'en peut plus, le supplice est terminé.
- Quatrième règle : seulement deux personnes par séance.
- Cinquième règle : une seule correction à la fois.
- Sixième règle : pas d'orties ni d'instruments cloutés.
- Septième règle : les corrections dureront aussi longtemps que nécessaire.
- Huitième et dernière règle: si c'est votre première soirée au Fouette-club ... baissez votre culotte ! »


Maindouce