Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: Luke Skyfesseur. ::

Luke Skyfesseur.
Les récits des internautes.
Résumé des épisodes précédents :

Après avoir presque terminé sa formation auprès de maître Yoyoda, le jeune apprenti Luke Skyfesseur a prouvé qu'il était digne de la distinction de « chevalier jet d'aille » et de posséder son propre fessolaser ! En signe de dévouement à la cause des « jets d'aille », qui prèchent la tendresse et la compassion, il choisit pour instrument une simple brosse à cheveux. Désormais prêt à repartir en lutte contre le ténébreux empire glaglactique, qui souhaite répandre la froideur et la cruauté sur tout l'univers, Luke s'apprête à faire ses adieux à son maître afin de rejoindre ses compagnons d'armes : Soupaquoi (le redoutable Wooki dont la fourrure chaude et la douceur de caractère avait déjà rallié à leur cause nombre de jeunes filles affectueuses), le droïde r2d69 (virtuose du vibro-pinceau et de la langue magnétique), et bien sûr sa si chère et tendre princesse Lila ...

Nombre de légendes circulent sur la petite lune rose située en bordure du système Dagobert : on raconte que, parce que ses habitantes ont toujours eu coutume d'y mettre leurs culottes à l'envers, la fesse y est présente, infiniment plus intense que n'importe où ailleurs dans la galaxie. Alors que Luke marchait en direction de la cabane de maître Yoyoda, il s'émerveilla devant la sensation de vie et de sensualité qui émanait de ce merveilleux paysage. A la porte de sa cabane, appuyé contre sa vieille canne qui fut autrefois un redoutable fessolaser (car la très grande maîtrise de la fesse que possède cet estimé maître lui permettait d'utiliser un instrument aussi dangereux que la canne en rotin sans aucun risque pour sa partenaire), Yoyoda attendait l'arrivée de son disciple, les traits tirés par l'inquiétude.

« Qu'y-a-t'il maître? », demanda Luke, qui le connaissait suffisamment pour ne pas s'y tromper.

« Un grand trouble dans la fesse j'ai ressenti ! Te préparer tu dois, car une dernière et pénible épreuve j'ai le regret de te faire subir ! »

Luke était déchiré entre l'envie de repartir a l'aventure avec ses compagnons et sa volonté de ne pas décevoir celui qui avait si savamment et si patiemment guidé sa main alors qu'il faisait ses premières claques sur des postérieurs opulents et durs, qui ne risquaient pas de souffrir de ses maladresses.

« Parlez maître! Quelle que soit votre épreuve, je m'y soumettrais !
- Comme tu le sais, les « jets d'aille » sont un ordre mixte. Les femmes « jet d'aille », extrêmement rares sont, et précieuses aussi. Prêts a tout nombre d'hommes sont pour obtenir les services d'une « jet d'aille » expérimentée, et il arrive que la vénalité fasse passer l'une d'entre elle du coté obscur de la fesse !
- Le coté obscur ?
- Oui ! Le machisme, le féminisme revanchard, la possessivité, la jalousie ... toutes ces pensées mènent au coté obscur. Une fois que tu y es engagé, ton fessolaser cesse d'être un instrument par lequel tu dispense le bonheur et la volupté, pour devenir une arme d'egoïste pouvoir ! Ramener cette femme du coté de l'amour tu dois ! »

Et c'est ainsi que Luke parti à bord de son X-swing en direction du donjon de Dark-Métress.

Son entrée avait été annoncée, semblait il : aucun des gardes du donjon, de malheureux esclaves enchaînés qui avaient été dépouillés de tous leurs biens et se traînaient nus et à quatre-pattes sur le sol ciré, ne tenta quoi que ce soit pour le retenir. Alors il la vit !Longue paire de cuissardes en latex signé d'une grande marque, corset de cuir clouté, porte-jarretelles de dentelle noire et culotte assortie, cheveux teints en noir brillant, gants de velours ... le coté obscur présentait d'indéniables avantages financiers, et même sans parler d'argent, son énergie rendait cette femme ... tout simplement fascinante !

Elle fit quelques pas en sa direction, d'une allure royale, et le jeune Luke se sentit tout a coup minuscule et impuissant face à sa puissante aura de domination. C'était l'un des grands trucs des « jet d'aille » depuis la nuit des temps : intimider le/la puni(e) par la séverité du regard. Luke se força à garder la sérenité et la bienveillance qui font les grands fesseurs.

« NIAHAHAHAAAAH ! C'est donc toi que Yoyoda envoie pour m'affronter ? Tu es bien jeune pour subir mon courroux et mes humiliations, mais je serais sans pitié ! »

Luke se força a ne pas répondre à cette provocation : il savait qu'il n'aurait aucune chance dans un duel au fessolaser contre un adversaire si expérimenté.

« Je ne suis pas venu pour combattre, mais pour te ramener du coté tendre de la fesse !
- Ah oui ... Toujours cette histoire de prétendue rédemption. Alors je te propose un marché : livre-toi à moi et je te ferais ressentir de plein fouet le pouvoir du coté obscur ! Si tu ne cèdes pas, tu auras alors ta chance ! »

Joignant le geste à la parole, Dark métress utilisa la fesse pour projeter Luke contre son chevalet de torture, le derrière bien cambré, la tête touchant presque le sol de l'autre coté. De ses longs doigts griffus, elle déchira la fine étoffe de son pantalon et de son caleçon. Enfin, elle fit apparaître son fessolaser : une redoutable cravache !

Dark-Métress leva la main bien haut pour frapper de toute la force dont elle était capable. Elle déversait en chaque coup sa cruauté, sa haine des hommes et son désir de vengeance. Luke comprit alors, à travers l'insoutenable douleur, la froideur et la cruauté du côté-obscur. Il comprit aussi que ce n'était pas le simple appât du gain qui avait créé Dark Métress : il était évident qu'elle avait souffert, et qu'elle se libérait de cette douleur par la vengeance !

Malgré son courage et sa volonté, Luke sentit qu'il ne résisterait pas longtemps. Les larmes lui montaient aux yeux malgré tous ses efforts pour les contenir. Une fois qu'il aurait pleuré, peut être ne pourrait-il plus faire face, et devrait il se soumettre. Pourtant, après le vingtième coup, Dark-Métress retint son bras. Elle ne souhaitait pas briser la volonté de ce jeune disciple, mais le convertir !

Sans un mot, elle le fit se redresser et s'asseoir (épreuve pénible) dans un grand fauteuil sans accoudoirs, parfaits pour la fessée car permettant à la punie de s'allonger sur les genoux de son correcteur sans être gênée par les bras du fauteuil.
« Tu as passé mon épreuve. A ton tour : venge-toi ! », dit elle avant de détacher sa culotte de son porte jarretelle, de la baisser et de s'allonger sur ses genoux pour présenter son derrière velouté aux formes parfaites.
L'espace d'un instant, l'esprit de Luke fut envahi d'une colère noire ! Cette créature haineuse et malveillante qui l'avait fait tant souffrir pour satisfaire son appétit d'argent et de pouvoir était à sa merci. Il brandit son fessolaser, prêt à procéder au brossage impitoyable de ce popotin arrogant!
Puis, à la dernière seconde ... il retint son bras !

Il venait de comprendre que son épreuve ne faisait que commencer, maintenant que le pouvoir était entre ses mains ! La colère, la douleur, la soif de vengeance ... voila ce qui avait fait basculer cette femme, probablement battue ou humiliée dans ses jeunes années, du côté obscur de la fesse ! Elle voulait qu'il ressente ce qu'elle avait ressenti avant de le rejoindre dans cette voie ... Il réalisa qu'elle n'était rien d'autre qu'une victime, et la colère fit place à une profonde compassion. Il laissa tomber au sol son fessolaser, car c'était à mains nues qu'il avait le plus de chances de toucher son coeur.

La première tape ne fut rien de plus qu'une caresse, de même pour les suivantes. Elles ne faisaient sur son fessiers que de petits bruits étouffés, lents et réguliers. Après une dizaine de coups, Luke prit tout son temps pour caresses ses rondeurs et son dos, en lui murmurant des paroles réconfortantes (maître Yoyoda l'avait surnommé « l'homme qui murmure à l'oreille des soumises »). Doucement, en prenant tout son temps, Luke fit refluer dans l'esprit de Dark-Métress des émotions qu'elle croyait depuis longtemps oubliées. Luke s'occupait d'elle avec chaleur et délicatesse, attentif à ses moindres réaction. Il aurait tout aussi bien pû la frapper beaucoup plus fort, ce n'est pas la violence physique qui séparait le coté obscur du coté tendre : simplement cette légèreté la rendait plus claire, plus flagrante. A cet instant précis, quelqu'un l'aimait et se souciait de son bien être. Alors, son propre barrage affectif se brisa d'un seul coup, une vague d'amour et de reconnaissance la submergea, et des larmes de joie et non de douleurs s'écoulèrent sur son visage.

Luke sentit alors qu'il pouvait s'arrêter. Il la prit dans ses bras, la retournant sur le dos, et la berça vingt minutes durant, jusqu'à la voir s'endormir, la tête confortablement posée dans le creux de son épaule.

A quelques milliers de kilomètres de là, le visage fatigué de maître Yoyoda se couvrit de ce sourire d'une infinie bienveillance qui le rendait célèbre.

« Luke, à ton épreuve triomphé tu as! De beaucoup de courage preuve tu as fait ! Un vrai « jet d'aille » tu es devenu ! Que la fesse soit avec toi ! »


Maindouce