Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: Des pensées bien ... pensées ! ::

Des pensées bien ... pensées !
Les récits des internautes.

Marre, marre, marre, j’en ai assez ...

Cela fait maintenant deux heures que je l’attends ... Elle m’avait promis de revenir rapidement, et je déteste arriver en retard quand des amis nous invitent à dîner. Il n’y a pas une invitation que nous ne pouvons honorer à l’heure ...Ce soir, c’est la soirée de trop !Mademoiselle voulait absolument retourner en ville pour acheter le même sac qu’une de ses copines ... Deux heures que je l’attends, pas un coup de fil pour s’excuser de son retard ...

Je commence à m’énerver, je tourne en rond, je l’appelle sur son portable, je laisse des messages sur le répondeur ... toujours rien !

Elle exagère ... elle exagère vraiment ...

Je m’apprête à la gronder fermement pour toutes les bêtises qu’elle a pu faire ces derniers temps : dépenses excessives en fringues lors des soldes, soirées passées sur les sites de fessées, etc ... etc ...

Et bien entendu, son retard de ce soir ... D’ailleurs, elle qui me reproche sans arrêt de ne pas assez m’occuper de son matricule, si ce soir ... si ce soir ... (attention pas de blague, il ne faut pas faire de confusion avec la chanson de Bruel !) je me vengeais. Et si ce soir, je lui administrais la fessée qu’elle attend depuis si longtemps ... Celle qu’elle réclame sans arrêt d’un air moqueur lorsqu’elle fait des bêtises ...

Je l’entends encore dire à des amis : « C’est pas grave, je peux faire toutes les bêtises que je veux, mon chéri, il me pardonne tout ... »

C’est décidé ! Ce soir c’est à mon tour de jouer, à mon tour de prendre un ton sévère et crédible. Elle va le regretter ...

J’imagine déjà son retour :

« C’est moi, je suis rentrée ... »

Pas de réponse ...

« Chéri ? Tu es où ?

- Derrière toi ma puce. C’est à cette heure-ci que tu arrives ?

- Oh excuse-moi bébé, je ne me suis pas rendue compte de l’heure. Figure toi qu’après avoir acheté mon joli sac, j’ai rencontré Éric en ville et qu’il m’a invité à boire un verre avec lui ... On a passé un bon moment à refaire le monde, à parler de tout et de rien ... Bref, c’était super sympa de le revoir.

- Pardon ?! Éric, l’imbécile qui était dans ta promo à la fac ?

- Oui mais ce n’est pas un imbécile. On s’est toujours bien entendu à la fac, on a fait les quatre cent coups ensemble, c’était comme un frère ...

- Justement, c’est bien ce que je te reproche : tu as passé des heures avec ce crétin sans me donner de nouvelles, sans répondre à mes appels, et sans même prendre la peine de me passer un coup de fil. Mais reviens sur Terre, ma pauvre chérie, tu délires !

- Hé, ho, ça va ... Pourquoi tu le prends sur ce ton ? On peut parler calmement, non ?

- Parler calmement, quand tu te comportes comme une petite effrontée ... j’en doute. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je peux te dire que j’ai les nerfs et que j’en ai vraiment marre de ton comportement ... Tes sourires sont mignons tout pleins mais ils n’effacent pas les bêtises que tu fais au quotidien ...

- Mes bêtises ? Pffff, moi ? Je suis un ange réincarné ...

- Bien entendu, tu as raison de continuer à faire la maligne ... Continue, continue ... Cela ne t’empêchera pas de recevoir ce soir une bonne fessée ...

- Pardon ? me dit-elle d’un ton surpris et ironique.

- Oui, oui, tu as bien compris, une bonne fessée ... Approche toi par là, je vais t’expliquer un petit peu la vie à deux et ses contraintes ! »

Son visage, d’un coup assombri, me fait penser qu’elle réalise toute l’ampleur de ma détermination.

« Tu plaisantes ou quoi ? Je n’aime pas les fessées punitives, celles que l’on donne aux vilaines gamines ... Lorsque je te demande de me donner la fessée, c’est dans un but strictement sensuel ou sexuel, rien d’autre ... alors lâche-moi car c’est loin d’être drôle ton histoire ... »

(C’est vrai qu’elle n'est pas drôle cette histoire ... Il va falloir que je la pimente un peu à la façon Eléa !)

« Tu n’auras pas le dernier mot ce soir ma chérie. Et puis en fait, je ne te demande pas vraiment ton avis ... J’ai décidé de te mettre une bonne fessée, un point c’est tout ! »

(... un point c’est toi ! Oui, j’avoue, elle était facile …)

« Dans ce cas bonne soirée mon ange, je vais me coucher ... »

Au moment où elle fait demi-tour, je l’attrape par le bras, la couche sur mes genoux et commence un long concerto sur ses fesses ...

De bonnes claques s’abattent sur son fessier, tantôt sur sa fesse droite, tantôt sur sa fesse gauche, tantôt sur le milieu ou le bas ... bref, aucune région de son beau petit cul n'est épargnée par ma détermination.

Ma chérie se débat, implorant mon pardon, me suppliant d’arrêter la fessée.

« Tu ne recommenceras plus ce genre de bêtises ? Promis ? Tu cesseras d’être insolente ? »

(« Tu peux rêver ! » Ou plutôt : « Tu peux aller te faire cuire un œuf (mais pas sur mes fesses, ok ?), bourreau de fesses ! » Mais bon, ce n’est pas moi qui doit répondre mais le personnage, dommage ...)

« Oui, oui, je suis désolée mon chéri, c’est la dernière fois que je me comporte ainsi ... Excuse-moi ... »

La punition prend fin. Ses fesses sont d’un rouge ... infini ... infiniment beau ...

Elle relève la tête, me regarde et me balance un « bonne nuit » d’un ton vexé ... Pour ma part, je me sens bien, apaisé par cette soirée ...

Tiens ! J'entends la voiture ... Elle rentre enfin ...

« Chéri ? Non mais je rêve ! Tu es resté affalé sur le canapé alors que j’étais bloquée dans les embouteillages depuis au moins deux heures ! Allez, va falloir que tu passes sérieusement la seconde parce qu'on est déjà à la bourre ... »

Ah ... que mon rêve était beau ...


Eléa