Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: Vacances à la campagne (5) ::

Vacances à la campagne, scène 5 : Le cours de calligraphie.
Les récits des internautes.
En pénétrant dans la salle de classe, Odile s'était attendue à l' atmosphère inquiétante et un peu glauque de ces écoles a l'ancienne, avec leurs planches anatomiques et géographiques, leurs bureau-chaise d'une pièce, les encriers, le grand tableau noir et la longue baguette de bois trônant a coté du bureau du maître. Elle ressemblait finalement davantage à une salle de classe telle qu'on peut la trouver dans les collèges d'aujourd'hui, garnie de chaises et tables toutes simples et faciles à déplacer, de larges fenêtres dont les lumières étaient reflétées par les murs nus aux couleurs claires, un modeste bureau pour le professeur, un petit tableau allant plus vers le vert foncé et, comble du luxe, la salle était équipée d'un petit écran de télé ! Odile se doutait toutefois que les documents historiques et autres reportages enregistrés sur Arte serait probablement remplacés par une programmation plus coquine ...

La soufflante de la douche paraissait déjà loin, et les demoiselles commençaient à se détendre en attendant monsieur Laurent ("le beau black au corps d'athlète" pensait déjà une bonne moitié de ces petites vicieuses). Selon une étude réalisée par un labo américain ayant rassemblé un panel d'homme de toutes physionomie pour leur demander d'identifier sur diapo le corps qu'il pensaient avoir et celui qu'ils voudraient avoir, on a remarqué que les hommes étaient généralement honnêtes sur la façon dont ils se voyaient mais auraient aimé avoir, en moyenne, 15 kilos de muscles en plus, alors même que les femmes a qui l'on a montré ses mêmes diapos affichaient le plus souvent leurs préférences sur des corps a la musculature plus modeste. Est-ce que les filles qui aiment la fessée sont plus sensibles au charme (ou aux charmes) d'un culturiste ? Apparemment oui, car les premiers rangs étaient tous occupés.

Depuis que le monde est monde et que l'école est ... école, que font les élèves en l'absence, même très courte, du professeur ? Ils papotent ! La voisine d'Odile était une femme d'une cinquantaine d'année, mariée, qui affichait des manières un peu pédante de grande soeur, lui racontant son « bon vieux temps », ou les fessées à caractère éducatif étaient encore d'usage et ou la morale voulait qu'une jeune fille bien élevée en sache le moins possible sur « ces choses là » jusqu'au jour de son mariage. Quand, la veille de celui-ci, elle avait demandé a sa mère ce qui était censé se passer dans un lit entre elle et son époux, elle avait répondu, furieuse : « Je sais pas, moi à chaque fois j'ferme mes yeux ! »

Depuis ce jour, cette dame semblait s'être bien rattrapée, ainsi qu'elle en convenait elle même. Monsieur Laurent ouvrit finalement la porte et toutes ces pipelettes interrompirent à la seconde leurs conversation, parfois au milieu d'une phrase, pour le dresser, droites comme des « i » à coté de leur table jusqu'à ce que le maître les autorise à s'asseoir. Une manière silencieuse de dire « bonjour » au professeur, remplaçant avantageusement le chahut du cri collectif.

Monsieur Laurent semblait d'excellente humeur aujourd'hui et prenait plaisir à avancer jusqu'à son bureau en lançant des sourires bienveillants à chacune. « Aujourd'hui mesdemoiselles, la leçon portera sur ... » Il se tourna vers son bureau et saisit une craie pour écrire en même temps qu'il le déclamait : « L'art oublié d'utiliser la plume ! ». Il se retourna vers ses élèves :

« Celle dont il est question est une plume d'oie, dont le bout, taillé en pointe et plongé dans un encrier, était utilisé par vos grands-parents peut être aussi par vos parents pour écrire avec une calligraphie (il se retourna un moment pour écrire le mot calligraphie) toute particulière et en tout cas différente de celles des stylos a bille. Pour les exercices pratiques, je vous ai apporté à chacune un encrier, une petite réserve de plumes de rechange en cas d'accident, et une photocopie de l'alphabet accompagné de quelques phrases d'exemple pour vous servir de modèles. »

Il passa devant chaque table, sans oublier une seule fois de récompenser tous les petits « merci » souriant d'une affectueuse caresse dans les cheveux. Anne-Marie qui, depuis qu'elle avait reçu la fessée de sa main, semblait être devenu sa chouchoute, eut même droit a un baiser sur le front.

Sous la tendre surveillance de leur professeur, les petites commencèrent leur exercice avec plus ou moins d'adresse, mais avec surtout d'infinies précautions, compte tenu du fait qu'elles n'avaient rien pour protéger leur adorable petit chemisier blanc. Odile comprit très vite que sa voisine avait déjà eu l'occasion d'écrire à la plume, car elle y montra une virtuosité qu'aucun débutant ne peut avoir. Les filles plus jeunes ayant des résultats beaucoup moins heureux, monsieur Laurent passait derrière les plus malhabiles pour les encourager gentiment, leur assurant qu'on apprenait pas l'usage de cet outil en quelques minutes, ni même en quelques heures.

Anne-Marie, en particulier, semblait désespèrée par ses résultats ... ou bien n'était-ce qu'une manoeuvre pour faire s'approcher le professeur ? Elle manoeuvra en tous cas tant et si bien que celui-ci finit par prendre une chaise, s'asseoir à coté d'elle et lui montrer comment faire, un bras enroulé autour de ses epaules. Il lui tint délicatement la main pour guider la caresse de la pointe sur le papier râpeux qui crissait tandis qu'elle se délectait de la chaleur de son corps, tout contre elle, au point d'en oublier toute concentration. Loin de se fâcher, monsieur Laurent finit par lui prendre l'objet des doigts et lui chuchoter a l'oreille : « Tu restera en classe pendant la recréation, je te montrerai en détail comment on utilise le mieux cette petite chose... »

En effet, après à peine une heure de travail, vint la première pause. Tandis que les autres allaient s'amuser, Anne-Marie restait bien sagement assise, aussi rouge qu'il est possible de l'être, à dévorer son professeur du regard. Celui-ci vint très calmement se placer a coté d'elle, lui prit le bras en douceur pour l'inviter à se lever, puis, une fois debout, la prit dans ses bras telle une jeune mariée et la porta sans effort jusqu'à son bureau ou il la déposa sur le dos, en foetus, avec d'infinies précautions. Sans cesser de la regarder droit dans les yeux, il prit la plume et entrepris de lui caresser les joues, descendant jusqu'à son cou, dont il fit le tour, prit le temps de déboutonner son chemisier en silence et de descendre son soutien-gorge pour libérer sa modeste mais ferme poitrine de femme sportive et, de sa plume, parcourut chaque sein, l'un après l'autre en cercles concentriques. Entre deux ronronnements de plaisir énamourés, Anne-Marie eut juste la force d'articuler un très vague « embrasse-moi ! » qu'elle n'eut heureusement pas à répéter. La bouche du professeur parcourut ensuite exactement le même chemin que la plume, descendit sur le ventre nu à la fois ferme et moelleux et, s'attarda sur le nombril, la langue glissant à l'intérieur.

Quand il retroussa sa jupe avec ardeur, elle crut qu'était venu le moment où il allait la satisfaire. Au lieu de celà, jouant de la subtile torture des préliminaires qui n'en finissent pas, il reprit sa plume et lui chatouilla le pli de chaque genoux, l'arrière et l'intérieur des cuisses jusqu'à l'aine, puis retira sa culotte dans une caresse, chatouilla encore sa vulve déjà béante et juteuse. Lorsqu'il n'y tint plus, son comportement changea en une seconde: il se dévêtit à la hâte, sortit une boite en plastique contenant des préservatifs, l'écrasa dans sa main pour ne pas s'embêter à l'ouvrir, sortit l'un d'eux, et l'enfila avec empressement avant de se ruer contre sa proie, qui en mourait d'envie depuis si longtemps, pour la prendre, tel un jeune amoureux emporté par sa passion, ses mains lui relevant la tête pour coller sa bouche moelleuse à la sienne, enfonçant sa langue en elle aussi fougueusement que son sexe. Il la prit très fort, très longtemps et la salle de classe résonna de leurs rugissements de plaisir.


Maindouce (Cliquez ici pour lire la suite.)