Menu
visiteurs actuellement sur le site.
Communauté > Vos récits >
:: Un week-end fessée Eléaien (2) ::

Un week-end fessée Eléaien, 2e partie.
Les récits des internautes.
Samedi soir, 23 heures, à la maison ...

J’ai encore sur les fesses quelques traces des coups de cravache reçus il y a quelques heures à peine, mais je suis de super bonne humeur ce soir : j’ai envie de faire la folle et de faire plein de folies avec mon petit chéri ...

Ca fait des semaines que je m’entraîne sur une musique orientale devant la glace pour le spectacle de danse de fin d’année dont je vais faire partie avec mon association ... Ce soir, c’est décidé ! Puisqu’il veut voir ma chorégraphie, je vais lui en mettre plein les yeux ... Je lui dis de rester dans le bureau, le temps de préparer « ma surprise ». Aucune revendication de sa part (c’est vraiment un coquin !)

Allez, je me lance, je sors ma panoplie de « femme fatale » : top noir en dentelle pour le haut, boxer noir en dentelle pour le bas, foulard oriental bordeaux autour de la taille, avec les « petites clochettes », une étole bordeaux autour des épaules, des bas noirs en résille, des bottes à talons ...Vous me direz que j’ai l’air de rien, mais pourtant je me trouve terriblement sexy.

Ok, je suis prête ... le spectacle va commencer ... Je prépare ma musique, je prends la télécommande à la main, et je l’appelle ...

« Chéri, tu peux venir ? »

Il arrive, ouvre la porte du salon et je lance la musique (une chanson intitulée « Eshebo »). La première de ses réactions consiste en un « Ouais ... Coooool ... ». Je danse, me dandine, je m’éclate ... et je vois que ça lui plaît, alors je suis encore plus aux anges. Durant ma « prestation », il me dit : « Tu as fait d’énormes progrès en danse, je suis épaté. »

Plus de détails ? Vous voulez vraiment passer la nuit à m’écouter ? Faites gaffe, il y en a plus d’un qui a démissionné devant ma persévérance à saouler avec mes histoires.

Une fois ma chorégraphie terminée, je m’approche de lui. Il m’embrasse, me caresse ... Il me dit :

« T’es super jolie, et cette tenue ... elle est terrible !
- Ben oui, c’est celle que j’ai choisie pour le spectacle de la semaine prochaine.
- Pardon ?
- Ben oui : toutes les filles auront un costume oriental classique, mais moi je préfère jouer la différence et venir dans une tenue plus occidentale.
- Pas question que tu ailles danser dans cette tenue ! Mais tu plaisantes ou quoi ?
- Pas du tout, je suis sérieuse chéri ... Mais ne t’inquiète pas : avec les lumières, on ne voit rien du tout.
- Tu te fous de moi où je rêve ? Avec les lumières on y verra rien ... T’as pas trouvé mieux comme argument pour me convaincre ?
- Qu’est ce que t’es ringard quand tu t’y met !
- Bon écoute, tu commences sérieusement à m’énerver. Si c’est une fessée que tu cherches, tu ne vas pas tarder à avoir ce que tu souhaites. »

Un ange passe, un Titi rougit et je réponds :

« Même pas peur.
- Ok ! Si tu me cherches, c'est tant pis pour toi ! »

Il va chercher une nouvelle fois la cravache ... Dans ma tête je me dis « encore ! » ... Il m’ordonne de me mettre en position debout, cambrée, avec mes mains sur les genoux. Vous me connaissez, je ne lui obéis pas ...

Premier coup de cravache sur mes fesses ...

« Oh, ça va pas la tête ! Tu tapes trop fort !
- Je ne veux plus t’entendre, c’est compris ? Tu m’as saoulé pour obtenir cette fessée, alors ne viens pas te plaindre ! Et je te prierai de te mettre en position, et tout de suite ! Je ne rigole pas cette fois ! Ca veut des fessées et ça se plaint dès que j’en donne, alors faudrait savoir ce que tu veux ! »

Alors là, c’est devenu sérieux ... Mon chéri qui devient autoritaire pour une fessée ... c’était du jamais vu ! J’obéis, en me disant qu’après tout, il a raison : s’il ne m’en donne pas, je fais la gueule et s’il m’en donne, je fais tout pour l’éviter ... Quel paradoxe de vivre avec un Titi !

C’est reparti pour un tour de cinglements sur les fesses, qui avaient gardé des traces de l’après-midi ... Et voilà, ça recommence : les coups de cravache s’abattent sur mon derrière, et ça fait mal ...très mal ! Les coups sont assez forts et je me surprends à nouveau à dire :

« Ouïlle, ouïlle, ouïlle ! Ca fait mal ! Moins fort ! »

Mes fesses commencent sérieusement à me chauffer ...

Je me relève, me retourne vers lui pour qu’il ait un peu pitié de moi, et voilà que monsieur Titi me colle une grosse claque sur les fesses avec la main, en m’ordonnant de garder la position. Là, j’étais dans la quatrième dimension ! Ai-je rêvé son geste ?

Je me retourne encore : il recommence ...

Non, non, mon Titi, tu n’as pas rêvé : il vient bien de te claquer le derrière avec la main ! Évidemment, comme j’aime particulièrement les fessées à la main, je me lève, me retourne, je n’arrête pas de bouger ... et ça marche !

Il laisse tomber la cravache et continue à me fesser à la main ... Ca fait un peu mal, mais j’adore ! Je n’ai pas compté les coups. Je pense que j’aurais pu passer ma vie ainsi, mais la réalité me rappelle à l’ordre : je commence à avoir très très chaud aux fesses. Il s’arrête ...

Je regarde à nouveau mes fesses : elles sont rouges, rouges (et avec quelques bleus).

« C’était trop cool mon chéri ! J’adore quand tu me fesses comme ça ! »

Il se rapproche de moi, m’embrasse, me carresse ... et le reste ne vous regarde pas !

2ème mi-temps : 2-0. Mais à votre avis, qui est le gagnant dans cette histoire ?


Eléa